Archive for the Années 60 / 60's Category

« Love potion number nine » by The Searchers – 1965

Posted in Années 50 / 50's, Années 60 / 60's, Chansons anglophones / British songs, Pop, Rythm and Blues with tags , , , , , , , , on 0 by EASYCOMBO

I took my troubles down to Madame Rue
You know that gypsy with the gold-capped tooth
She’s got a pad down on Thirty-Fourth and Vine
Sellin’ little bottles of Love Potion Number Nine

I told her that I was a flop with chics
I’ve been this way since 1956
She looked at my palm and she made a magic sign
She said « What you need is Love Potion Number Nine »

She bent down and turned around and gave me a wink
She said « I’m gonna make it up right here in the sink »
It smelled like turpentine, it looked like Indian ink
I held my nose, I closed my eyes, I took a drink

I didn’t know if it was day or night
I started kissin’ everything in sight
But when I kissed a cop down on Thirty-Fourth and Vine
He broke my little bottle of Love Potion Number Nine

I held my nose, I closed my eyes, I took a drink

I didn’t know if it was day or night
I started kissin’ everything in sight
But when I kissed a cop down on Thirty-Fourth and Vine
He broke my little bottle of Love Potion Number Nine
Love Potion Number Nine
Love Potion Number Nine
Love Potion Number Nine

© Tous droits réservés – The Clovers – 1959

« Love potion N°9 » by The Clovers


The Searchers – Love Potion N° 9
envoyé par jolber. – Regardez plus de clips, en HD !
Publicités

« Needles and pins » (The Searchers – 1963) and « Surfin’bird » (The Trashmen – 1963) by The Ramones – 1980

Posted in Années 60 / 60's, Années 80 / 80's, Chansons anglophones / British songs, Pop, Punk, Reprises / Covers with tags , , , , , , , , , on 0 by EASYCOMBO

I saw her today, I saw her face
It was the face I loved and I knew
I had to run away and get down on my knees and pray
That they’d go away

But still they begin
Needles and pins
Because of all my pride
The tears I gotta hide

Hey, I thought I was smart, I wanted her
Didn’t think I’d do, but now I see
She’s worse to him than me
Let her go ahead, take his love instead
And one day she will see

Just how to say please
And get down on her knees
Yeah, that’s how it begins
She’ll feel those needles and pins
a-hurtin her, a-hurtin her

Why can’t I stop and tell myself I’m wrong, I’m wrong, so wrong
Why can’t I stand up and tell myself I’m strong

Because I saw her today, I saw her face
It was the face I loved and I knew
I had to run away and get down on my knees and pray
That they’d go away

But still they begin
Needles and pins
Because of all my pride
The tears I gotta hide
Ah, needles and pins
Needles and pins
Needles and pins

© Tous droits réservés – Jackie DeShannon – 1963

A-well-a everybody’s heard about the bird
B-b-b-bird, bird, bird, b-bird’s the word
A-well-a bird, bird, bird, the bird is the word
A-well-a bird, bird, bird, well the bird is the word
A-well-a bird, bird, bird, b-bird’s the word
A-well-a bird, bird, bird, well the bird is the word
A-well-a bird, bird, b-bird’s the word
A-well-a bird, bird, bird, b-bird’s the word
A-well-a bird, bird, bird, well the bird is the word
A-well-a bird, bird, b-bird’s the word
A-well-a don’t you know about the bird?
Well, everybody knows that the bird is the word!
A-well-a bird, bird, b-bird’s the word
A-well-a…

A-well-a everybody’s heard about the bird
Bird, bird, bird, b-bird’s the word
A-well-a bird, bird, bird, b-bird’s the word
A-well-a bird, bird, bird, b-bird’s the word
A-well-a bird, bird, b-bird’s the word
A-well-a bird, bird, bird, b-bird’s the word
A-well-a bird, bird, bird, b-bird’s the word
A-well-a bird, bird, bird, b-bird’s the word
A-well-a bird, bird, bird, b-bird’s the word
A-well-a don’t you know about the bird?
Well, everybody’s talking about the bird!
A-well-a bird, bird, b-bird’s the word
A-well-a bird…

Surfin’ bird
Bbbbbbbbbbbbbbbbbb… [retching noises]… aaah!

Pa-pa-pa-pa-pa-pa-pa-pa-pa-pa-pa-pa-pa-pa-pa-pa-
Pa-pa-pa-pa-pa-pa-pa-pa-pa-pa-pa-pa-pa-pa-ooma-mow-mow
Papa-ooma-mow-mow

Papa-ooma-mow-mow, papa-ooma-mow-mow
Papa-ooma-mow-mow, papa-ooma-mow-mow
Ooma-mow-mow, papa-ooma-mow-mow
Papa-ooma-mow-mow, papa-ooma-mow-mow
Papa-ooma-mow-mow, papa-ooma-mow-mow
Oom-oom-oom-oom-ooma-mow-mow
Papa-ooma-mow-mow, papa-oom-oom-oom
Oom-ooma-mow-mow, papa-ooma-mow-mow
Ooma-mow-mow, papa-ooma-mow-mow
Papa-a-mow-mow, papa-ooma-mow-mow
Papa-ooma-mow-mow, ooma-mow-mow
Papa-ooma-mow-mow, ooma-mow-mow
Papa-oom-oom-oom-oom-ooma-mow-mow
Oom-oom-oom-oom-ooma-mow-mow
Ooma-mow-mow, papa-ooma-mow-mow
Papa-ooma-mow-mow, ooma-mow-mow
Well don’t you know about the bird?
Well, everybody knows that the bird is the word!
A-well-a bird, bird, b-bird’s the word

Papa-ooma-mow-mow, papa-ooma-mow-mow

© Tous droits réservés – The Trashmen – 1963


The Ramones – Needles And Bird
envoyé par scootaway. – Regardez la dernière sélection musicale.


The Searchers – Needles And Pins 1964
envoyé par peter95000. – Regardez d’autres vidéos de musique.


The Trashmen – Surfin Bird
envoyé par scootaway. – Regardez la dernière sélection musicale.

« Dis, quand reviendras-tu ? » by Barbara – 1963

Posted in Années 60 / 60's, Chansons francophones / French songs, Reprises / Covers with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 0 by EASYCOMBO

Voilà combien de jours, voilà combien de nuits,
Voilà combien de temps que tu es reparti,
Tu m’as dit cette fois, c’est le dernier voyage,
Pour nos cœurs déchirés, c’est le dernier naufrage,
Au printemps, tu verras, je serai de retour,
Le printemps, c’est joli pour se parler d’amour,
Nous irons voir ensemble les jardins refleuris,
Et déambulerons dans les rues de Paris,

Dis, quand reviendras-tu,
Dis, au moins le sais-tu,
Que tout le temps qui passe,
Ne se rattrape guère,
Que tout le temps perdu,
Ne se rattrape plus,

Le printemps s’est enfui depuis longtemps déjà,
Craquent les feuilles mortes, brûlent les feux de bois,
A voir Paris si beau dans cette fin d’automne,
Soudain je m’alanguis, je rêve, je frissonne,
Je tangue, je chavire, et comme la rengaine,
Je vais, je viens, je vire, je me tourne, je me traîne,
Ton image me hante, je te parle tout bas,
Et j’ai le mal d’amour, et j’ai le mal de toi,

Dis, quand reviendras-tu,
Dis, au moins le sais-tu,
Que tout le temps qui passe,
Ne se rattrape guère,
Que tout le temps perdu,
Ne se rattrape plus,

J’ai beau t’aimer encore, j’ai beau t’aimer toujours,
J’ai beau n’aimer que toi, j’ai beau t’aimer d’amour,
Si tu ne comprends pas qu’il te faut revenir,
Je ferai de nous deux mes plus beaux souvenirs,
Je reprendrai la route, le monde m’émerveille,
J’irai me réchauffer à un autre soleil,
Je ne suis pas de celles qui meurent de chagrin,
Je n’ai pas la vertu des femmes de marins,

Dis, quand reviendras-tu,
Dis, au moins le sais-tu,
Que tout le temps qui passe,
Ne se rattrape guère,
Que tout le temps perdu,
Ne se rattrape plus…

© Tous droits réservés – 1963 – Barbara


Barbara – Dis quand reviendras-tu?
envoyé par Souoland. – Futurs lauréats du Sundance.


JEAN LOUIS AUBERT
envoyé par MARYNDIAN. – Clip, interview et concert.

« Ne dis rien » by Anna Karina & Serge Gainsbourg – 1967

Posted in Années 60 / 60's, Chansons francophones / French songs with tags , , , , , , , , , , , , on 0 by EASYCOMBO

Ça va pas, ça va pas, restez immobile
Seule façon ici de se mouvoir
Ou alors je me casse la gueule et je me tue
Non mais t’as vu ce que t’as fait de moi
T’as vu ce qu’il en reste, nothing, lord nothing
Mais qu’est-ce qu’elle fait bon Dieu, elle est là elle est pas là
C’est pas possible, pas possible, pas possible, et pourtant
Il me suffit de fermer les yeux et tu es là

Ne dis rien, surtout pas, ne dis rien suis-moi
Ne dis rien, n’ai pas peur, ne crains rien de moi
Suis moi jusqu’au bout de la nuit
Jusqu’au bout de ma folie
Laisse le temps, oublie demain
Oublie tout ne pense plus à rien
Ne dis rien, surtout pas, ne dis rien suis-moi
Ne dis rien, n’ai pas peur, ne crains rien de moi

Suis-moi jusqu’au bout de la nuit
Jusqu’au bout de ma folie
Laisse le temps, oublie demain
Oublie tout ne pense plus à rien

© Tous droits réservés – 1967
écrit par Serge Gainsbourg pour le film : « Anna » feat. Jean-Claude Brialy & Anna Karina


Ne dis rien Gainsbourg Anna Karina
envoyé par Coxynelle. – Regardez d’autres vidéos de musique.

« Waterloo sunset » by The Kinks – 1967

Posted in Années 60 / 60's, Chansons anglophones / British songs, Pop with tags , , , , , , , on 0 by EASYCOMBO

Dirty old river, must you keep rolling
Flowing into the night
People so busy, makes me feel dizzy
Taxi light shines so bright
But I dont need no friends
As long as I gaze on waterloo sunset
I am in paradise

Every day I look at the world from my window
But chilly, chilly is the evening time
Waterloo sunsets fine

Terry meets julie, waterloo station
Every friday night
But I am so lazy, dont want to wander
I stay at home at night
But I dont feel afraid
As long as I gaze on waterloo sunset
I am in paradise

Every day I look at the world from my window
But chilly, chilly is the evening time
Waterloo sunsets fine

Millions of people swarming like flies round waterloo underground
But terry and julie cross over the river
Where they feel safe and sound
And the dont need no friends
As long as they gaze on waterloo sunset
They are in paradise

Waterloo sunsets fine

© Tous droits réservés – 1967

« L’accordéon » by Serge Gainsbourg – 1962 (en duo avec Serge Clay)

Posted in Années 60 / 60's, Chansons francophones / French songs with tags , , , , , , , , , on 0 by EASYCOMBO

Dieu que la vie est cruelle
Au musicien des ruelles
Son copain son compagnon
C’est l’accordéon
Qui c’est-y qui l’aide à vivre
A s’asseoir quand il s’enivre
C’est-y vous, c’est moi, mais non
C’est l’accordéon
Accordez accordez accordez donc
L’aumône à l’accordé l’accordéon.
Ils sont comme cul et chemise
Et quand on les verbalise
Il accompagne au violon
Son accordéon
Il passe une nuit tranquille
Puis au matin il refile
Un peu d’air dans les poumons
De l’accordéon
Accordez accordez accordez donc
L’aumône à l’accordé l’accordéon.
Quand parfois il lui massacre
Ses petits boutons de nacre
Il en fauche à son veston
Pour l’accordéon
Lui, emprunte ses bretelles
Pour secourir la ficelle
Qui retient ses pantalons
En accordéon
Accordez accordez accordez donc
L’aumône à l’accordé l’accordéon.
Mais un jour par lassitude
Il laissera la solitude
Se pointer à l’horizon
De l’accordéon
Il en tirera cinquante
Centimes à la brocante
Et on fera plus attention
A l’accordéon

© Tous droits réservés – 1962

« Les Trompettes De La Renommée » by Georges Brassens – 1962

Posted in Années 60 / 60's, Chansons francophones / French songs with tags , , , , , , on 0 by EASYCOMBO

Je vivais à l’écart de la place publique,
Serein, contemplatif, ténébreux, bucolique…
Refusant d’acquitter la rançon de la gloir’,
Sur mon brin de laurier je dormais comme un loir.
Les gens de bon conseil ont su me fair’ comprendre
Qu’à l’homme de la ru’ j’avais des compt’s à rendre
Et que, sous peine de choir dans un oubli complet,
J’ devais mettre au grand jour tous mes petits secrets.

Trompettes
De la Renommée,
Vous êtes
Bien mal embouchées !

Manquant à la pudeur la plus élémentaire,
Dois-je, pour les besoins d’ la caus’ publicitaire,
Divulguer avec qui, et dans quell’ position
Je plonge dans le stupre et la fornication ?
Si je publi’ des noms, combien de Pénélopes
Passeront illico pour de fieffé’s salopes,
Combien de bons amis me r’gard’ront de travers,
Combien je recevrai de coups de revolver !

A toute exhibition, ma nature est rétive,
Souffrant d’un’ modesti’ quasiment maladive,
Je ne fais voir mes organes procréateurs
A personne, excepté mes femm’s et mes docteurs.
Dois-je, pour défrayer la chroniqu’ des scandales,
Battre l’ tambour avec mes parti’s génitales,
Dois-je les arborer plus ostensiblement,
Comme un enfant de chœur porte un saint sacrement ?

Une femme du monde, et qui souvent me laisse
Fair’ mes quat’ voluptés dans ses quartiers d’ noblesse,
M’a sournois’ment passé, sur son divan de soi’,
Des parasit’s du plus bas étage qui soit…
Sous prétexte de bruit, sous couleur de réclame,
Ai-j’ le droit de ternir l’honneur de cette dame
En criant sur les toits, et sur l’air des lampions :
 » Madame la marquis’ m’a foutu des morpions !  » ?

Le ciel en soit loué, je vis en bonne entente
Avec le Pèr’ Duval, la calotte chantante,
Lui, le catéchumène, et moi, l’énergumèn’,
Il me laisse dire merd’, je lui laiss’ dire amen,
En accord avec lui, dois-je écrir’ dans la presse
Qu’un soir je l’ai surpris aux genoux d’ ma maîtresse,
Chantant la mélopé’ d’une voix qui susurre,
Tandis qu’ell’ lui cherchait des poux dans la tonsure ?

Avec qui, ventrebleu ! faut-il que je couche
Pour fair’ parler un peu la déesse aux cent bouches ?
Faut-il qu’un’ femme célèbre, une étoile, une star,
Vienn’ prendre entre mes bras la plac’ de ma guitar’ ?
Pour exciter le peuple et les folliculaires,
Qui’est-c’ qui veut me prêter sa croupe populaire,
Qui’est-c’ qui veut m’ laisser faire, in naturalibus,
Un p’tit peu d’alpinism’ sur son mont de Vénus ?

Sonneraient-ell’s plus fort, ces divines trompettes,
Si, comm’ tout un chacun, j’étais un peu tapette,
Si je me déhanchais comme une demoiselle
Et prenais tout à coup des allur’s de gazelle ?
Mais je ne sache pas qu’ça profite à ces drôles
De jouer le jeu d’ l’amour en inversant les rôles,
Qu’ça confère à ma gloire un’ onc’ de plus-valu’,
Le crim’ pédérastique, aujourd’hui, ne pai’ plus.

Après c’tour d’horizon des mille et un’ recettes
Qui vous val’nt à coup sûr les honneurs des gazettes,
J’aime mieux m’en tenir à ma premièr’ façon
Et me gratter le ventre en chantant des chansons.
Si le public en veut, je les sors dare-dare,
S’il n’en veut pas je les remets dans ma guitare.
Refusant d’acquitter la rançon de la gloir’,
Sur mon brin de laurier je m’endors comme un loir

© Tous droits réservés – 1962